Prix de photographie AIMIA | AGO

Passer au contenu

Edgardo Aragón

Le travail d'Edgardo Aragón invite à réfléchir à l'histoire de la violence dans sa patrie du Mexique. Étroitement liées aux histoires politique et sociales de la province d'Oaxaca, où il est né et vit toujours, les œuvres vidéo et photographiques d'Aragón montrent souvent des performances et des interventions sculpturales sur fond de paysages à la fois sereins et troubles. Pour Efectos de Familia (Effets de famille), Aragón a retenu les services de jeunes membres de sa famille pour jouer des scènes de meurtre et de punition dans des lieux où, enfant, il jouait. L'œuvre traite des cycles de violence avec lesquels se débat le Mexique contemporain, brouillant les frontières du public et du privé, afin de mettre en lumière la profondeur et l'omniprésence de cette réalité troublante.

Tinieblas (Noirceur) montre des membres d'un groupe de musique local jouant une marche funèbre, debout sur des bornes de frontière. Chaque musicien a été filmé seul, mais lorsque les vidéos sont jouées simultanément, la musique collective est sinistrement asynchrone. Les bornes de frontière font référence à l'histoire des disputes territoriales dans la ville natale d'Aragón, où il y eut, ces dernières années, une escalade de la violence. Les images traduisent une sensibilité lugubre, soulignée par le caractère de la musique et la grandeur du paysage qui contraste avec la petitesse de l'activité humaine.

Portfolio

Tinieblas (Darkness)

Advertencia, Mensajes (Message/Avertissement)

Tesoro (Trésor)

Efectos de Familia (Effets de famille)

Bio

Edgardo Aragón (né en 1985) a obtenu son baccalauréat en beaux-arts de la ENPEG La Esmeralda, Mexico. Son travail a fait l'objet de plusieurs expositions personnelles, notamment au Museo Universitario de Arte Contemporaneo (MUAC), Mexico; au MoMA PS1, New York, et à la Luckman Gallery, Los Angeles. Il a également participé à de nombreuses expositions de groupe, dont Resisting the Present, Musee d'Art Moderne de la Ville de Paris, 2012; Disponible: A Kind of Mexican Show, San Francisco Art Institute, 2011; Historias Fugaces, Laboral Centro de Arte, Gijon, 2011, et El horizonte del topo, Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, 2010. Ses œuvres ont aussi été présentées dans la 3e édition de la Moscow International Biennale For Young Art, dans la 12e Biennale internationale d'Istanbul, et dans la 8e édition de la Bienal do Mercosul, Brésil. Ses films ont été projetés dans le cadre de festivals de films à Werkleitz, à Marseille, et à Mexico. Aragón vit et travaille à Oaxaca.