Prix de photographie AIMIA | AGO

Passer au contenu

Finalistes du Prix de Photographie d’AIMIA et du Musee Des Beaux-Arts de l’Ontario pour 2013

Le jury a arrêté son choix sur quatre finalistes remarquables qui pourraient remporter le prix de 50 000 $; le vote commence aujourd’hui

Le 27 août 2013, Toronto (Ontario) – Aimia, chef de file mondial de la gestion de la fidélisation, et le Musée des beaux-arts de l’Ontario (MBAO) ont annoncé les quatre finalistes du prix de photographie d’Aimia et du Musée des beaux-arts de l’Ontario, le plus prestigieux prix canadien dans le domaine de la photographie contemporaine. Le lauréat, qui remportera 50 000 dollars, sera choisi par le public grâce à un vote qui commence aujourd’hui sur le site aimiaagophotographyprize.com et, pour la première fois, sur la page Facebook du prix. Le public pourra également voter lors de l’exposition du prix de photographie d’Aimia et du Musée des beaux-arts de l’Ontario 2013, qui sera présentée du 11 septembre 2013 au 5 janvier 2014 au MBAO.

Les artistes en lice sont Edgardo Aragón (Mexique), LaToya Ruby Frazier (États-Unis), Chino Otsuka (Japon/Royaume-Uni) et Erin Shirreff (Canada). L’œuvre collective de ces quatre artistes donne un panorama des tendances actuelles dans le milieu de la photo et de l’audiovisuel, où les images sont mises à profit pour créer des récits évocateurs, complexes et souvent très personnels.

• Edgardo Aragón : Ce vidéaste et photographe né au Mexique invite les gens à réfléchir sur l’histoire de la violence dans son pays. Fasciné par l’histoire politique et sociale de l’État d’Oaxaca, où il est né et vit toujours, il met souvent en scène des performances et des installations sur fond de paysages à la fois sinistres et sereins. Il a fait plusieurs expositions en solo, notamment au Museo Universitario de Arte Contemporáneo, à Mexico, au MoMA PS1, à New York, et à la Luckman Gallery, à Los Angeles.

• LaToya Ruby Frazier est née et a grandi à Braddock, en Pennsylvanie. Son travail s’inspire des modes de représentation documentaire de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Elle utilise les conventions du documentaire social et du portrait pour percer les secrets du déclin post-industriel aux États-Unis et les montrer à travers le filtre de sa famille et de la communauté de Braddock. Ses œuvres ont été exposées au musée de Brooklyn, au Whitney Museum of American Art, au MoMA PS1 et au New Museum of Contemporary Art, entre autres. En 2012, Mme Frazier a été nommée critique de photographie à l’université de Yale.

• Chino Otsuka est née à Tokyo, au Japon, et est partie étudier au Royaume-Uni à l’âge de 10 ans. Souvent autobiographiques, ses œuvres explorent, par l’audiovisuel et la photographie, la relation fluide qui existe entre la mémoire, le temps et les photos. Mme Otsuka est également l’auteure de quatre livres publiés au Japon, dont son premier ouvrage autobiographique, paru lorsqu’elle n’avait que 15 ans. Ses œuvres sont au nombre de plusieurs collections publiques, dont celles du National Media Museum et du Wilson Centre for Photography, au Royaume-Uni, celle du Los Angeles County Museum of Art, celle du musée de la photographie Huis Marseille et celle du musée métropolitain de photographie de Tokyo.

• Erin Shirreff est née à Kelowna, en Colombie-Britannique, en 1975. Elle vit et travaille maintenant à New York. Ses créations, qui mêlent photos, vidéos et sculptures, explorent l’acte de regarder et s’interrogent sur la relation souvent paradoxale entre le temps, l’espace et l’image, de même que sur le rapport entre la perception et les foyers de sens. Récemment, elles ont fait l’objet d’expositions en solo à la galerie d’art contemporain de Vancouver (Colombie-Britannique), au White Cube de Londres (Royaume-Uni) et au centre d’art Agnes Etherington de Kingston (Ontario). Ses œuvres sont également dans les collections du musée Solomon R. Guggenheim, du musée des beaux-arts de Houston et du Metropolitan Museum of Art.

Un jury composé de trois personnes – la juge en chef Elizabeth Smith, ancienne directrice générale de la conservation au MBAO et actuelle directrice générale de la fondation Helen Frankenthaler, à New York; Urs Stahel, directeur, conservateur et rédacteur du Fotomuseum Winterthur; et l’artiste Kader Attia – a sélectionné les quatre finalistes parmi une liste préliminaire de 14.

« Les juges étaient enchantés de la force et de la diversité des candidatures pour la liste préliminaire, a dit Mme Smith. Pour choisir les quatre finalistes, nous nous sommes intéressés surtout au côté rafraîchissant, au pouvoir évocateur et à l’originalité des œuvres. Nous avons étudié la force, la cohérence et la cohésion des images et du message, et nous avons retenu les artistes qui avaient fait la plus forte impression sur nous. »

Ces artistes profiteront d’une résidence entièrement payée de six semaines au Canada, et leur travail sera exposé au MBAO dès le 11 septembre 2013. Une soirée de lancement publique à entrée libre se tiendra au MBAO le même jour; les membres du jury et les personnes ayant proposé chacun des candidats finalistes y feront une présentation. Le lendemain soir, soit le 12 septembre 2013 à 19 h, les quatre artistes participeront à une table ronde spéciale au MBAO aux côtés d’Elizabeth Smith, de Sophie Hackett, conservatrice adjointe de la photographie au MBAO, de Jennifer Blessing, conservatrice principale de la photographie au musée Guggenheim, et d’Helga Pakasaar, conservatrice à la Presentation House Gallery, à Vancouver. Procurez-vous des billets pour l’événement dès maintenant.

Le gagnant recevra un prix de 50 000 dollars canadiens, tandis que les trois finalistes recevront une somme de 5 000 dollars canadiens. Le vote en ligne débute aujourd’hui sur le site aimiaagophotographyprize.com et se termine le 5 novembre 2013 à 23 h 59. Pour la première fois cette année, il sera également possible de voter sur Facebook, à facebook.com/aimiaagophotographyprize. Les internautes qui votent par Facebook pourront aussi participer au tirage d’un voyage pour assister à la cérémonie de remise de prix, qui aura lieu le 7 novembre 2013, lors de la populaire soirée artistique First Thursdays du MBAO.

Les gagnants précédents du prix, auparavant connu sous le nom de prix Grange, étaient la photographe Jo Longhurst du Royaume-Uni (2012), Gauri Gill de l’Inde (2011), le photographe canadien Kristan Horton (2010), Marco Antonio Cruz du Mexique (2009) et la photographe canadienne Sarah Anne Johnson (2008).

Visitez aimiaagophotographyprize.com pour consulter des mises à jour sur le concours, en savoir plus sur les finalistes et obtenir plus d’information, ou encore nous suivre sur Twitter à @AimiaAGOPrize.

LES ARTISTES : DANS LEURS PROPRES MOTS

« Pour décortiquer les événements qui m’entourent, l’une des approches que j’utilise est de me servir de l’art comme d’un outil; cela me permet de mieux comprendre le monde. » – Edgardo Aragón

« En retraçant avidement les rencontres entre grand-maman Ruby (1925-2009), maman (née en 1959) et moi (née en 1982), je peux rompre le cycle intergénérationnel des non-dits. Nous luttons contre les expériences de vie intériorisées, les perceptions de nous-mêmes et les identités familiales que nous avons construites à partir de notre bagage socioculturel. » – LaToya Ruby Frazier

« Le procédé numérique devient pour moi un outil, presque comme une machine à voyager dans le temps, alors que je me lance dans un voyage vers un endroit où je me suis déjà sentie à ma place, mais où je me sens aussi maintenant comme une touriste dans ma propre histoire. » – Chino Otsuka

« Les photographes travaillent de deux manières : ils figent l’instant, mais sont aussi propulsés vers l’avenir et cherchent à accentuer ces contraires et les liens qui les unissent. Je crois que, si on regarde la chose sous l’angle de la psychologie, cette dualité correspond à une expérience que j’ai de moi-même, de mon propre corps : l’expérience d’être à la fois à l’intérieur du temps et, étrangement, à l’extérieur de celui-ci. » – Erin Shirreff

Venez visionner les vidéos des finalistes et poursuivre la discussion à aimiaagophotographyprize.com.

-30-

À PROPOS DU PRIX DE PHOTOGRAPHIE D’AIMIA ET DU MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE L’ONTARIO
Le Prix de photographie d’Aimia et du Musée des beaux-arts de l’Ontario (MBAO) est le plus prestigieux prix canadien dans le domaine de la photographie et l’un des plus importants programmes de reconnaissance artistiques et culturels dans le monde. Chaque année, ce prix permet de verser plus de 85 000 $ directement aux photographes. Il comprend une exposition annuelle au MBAO, une exposition en ligne à aimiaagophotographyprize.com, des résidences pour les artistes internationaux, des programmes publics et un programme de bourses d’études complet.

À PROPOS D’AIMIA
Aimia, un chef de file mondial de la gestion de la fidélisation, possède des compétences uniques et une expertise avérée pour ce qui est d’offrir des services de fidélisation propriétaire, de lancer et de gérer des programmes de fidélisation coalisés, de créer de la valeur grâce à l’analytique de la fidélité et de susciter l’innovation dans l’espace numérique et mobile en émergence. Au Canada, Aimia possède et exploite Aéroplan, le programme de fidélisation coalisée par excellence du Canada, ainsi qu’une division de fidélisation propriétaire qui conçoit, lance et exploite de nouveaux programmes pour ses clients. Aimia offre aussi des services d’analyse de données de pointe grâce à la série d’outils que propose Intelligent Shoppers Solutions, et elle détient une participation minoritaire dans Cardlytics, une pionnière du marketing transactionnel dans le secteur des services bancaires. Pour en savoir plus, veuillez visiter le www.aimia.com.

À PROPOS DU MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE L’ONTARIO
Fort de sa collection de plus de 80 000 œuvres d’art, le Musée des beaux-arts de l’Ontario (MBAO) figure parmi les musées d’art les plus réputés d’Amérique du Nord. Il permet de vivre à chaque visite une expérience artistique exceptionnelle, que ce soit grâce à la vaste collection du Groupe des sept, aux prestigieuses œuvres canadiennes, à la galerie d’art africain, à l’art contemporain avant-gardiste ou au chef-d’œuvre de Pierre Paul Rubens, Le Massacre des Innocents. En 2002, le généreux don de Kenneth Thomson, soit 2 000 remarquables œuvres d’art canadiennes et européennes, a inspiré Transformation AGO, un projet d’agrandissement aux lignes audacieuses dessiné par l’architecte de renommée mondiale Frank Gehry; ce projet a donné lieu en 2008 à l’une des réalisations architecturales nord-américaines les plus saluées par la critique. Parmi ses points d’intérêt, notons la Galleria Italia, une sublime réalisation de bois et de verre qui s’étend sur un pâté de maisons, et l’escalier en spirale, souvent photographié, qui invite les visiteurs à explorer ce cadre exceptionnel. Le MBAO offre un programme d’adhésion active aux avantages très intéressants, et le Centre d’apprentissage de la famille Weston propose des programmes artistiques et créatifs attrayants pour les enfants, les familles, les jeunes et les adultes. Visitez ago.net pour en savoir plus sur les expositions spéciales à venir ainsi que sur les restaurants et les boutiques du MBAO, pour vous inscrire aux programmes et pour acheter des billets ou un abonnement. Le MBAO est financé en partie par le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport de l’Ontario. Son fonctionnement est également assuré grâce au soutien de la ville de Toronto, du Conseil des arts du Canada, et aux généreuses contributions des membres, des donateurs et des partenaires du secteur privé.

Le MBAO remercie Aimia, partenaire signataire du programme de collection photographique et partenaire fondateur du prix de photographie d’Aimia et du Musée des beaux-arts de l’Ontario, pour son généreux soutien.

Demandes de renseignements des médias :

Sam Shecter
Arts et communications
sshecter@artscom.ca I 416 966-3421, poste 206

Sabrina Bhangoo
Aimia
Sabrina.Bhangoo@aimia.com I 647 329-5123

Andrea-Jo Wilson
Musée des beaux-arts de l’Ontario
Andrea-Jo_Wilson@ago.net I 416 979-6660, poste 406